M'oublier, moi ?

M'oublier, moi ?

M’oublier ? C’est comme parcourir les pages d’un vieux livre, chercher un passage qui semble s’être effacé avec le temps. C’est une question étrange, une exploration personnelle, presque comme fouiller dans les recoins oubliés de son propre être.

Il y a des moments où je me suis perdue dans le tourbillon de la vie, des obligations, des attentes et des rêves des autres. Ces instants où je me suis effacée, où mon reflet s’est estompé derrière les besoins et les désirs de ceux qui m’entouraient.

Il est facile de s’oublier, de se laisser emporter par les rêves et les espoirs des autres. On s’absorbe dans les responsabilités, dans le soutien apporté à nos proches, dans les objectifs professionnels. Parfois, on se dilue dans le tissu social, s’adaptant à ce que les autres attendent de nous, oubliant nos propres besoins, nos propres rêves.

Il y a eu des moments où je me suis surprise à me demander ce que je voulais vraiment, ce qui me passionnait réellement, ce qui me faisait vibrer. C’était comme redécouvrir une ancienne mélodie que j’avais oubliée, mais qui résonnait toujours en moi.

La redécouverte de soi est un voyage fascinant, parfois un peu effrayant. Cela demande de se confronter à ses propres peurs, d’explorer les recoins de son âme et de s’interroger sur ce qui nous anime réellement. C’est un processus par lequel on se réapprend, on se redéfinit, et on apprend à se placer au centre de sa propre histoire.

J’ai appris que s’oublier n’est pas seulement une perte de soi, c’est aussi une opportunité. C’est une chance de se reconstruire, de se réinventer, de se recentrer sur ce qui nous rend vraiment heureux. C’est une invitation à écrire sa propre histoire, à colorier les pages de sa vie avec ses propres choix, ses désirs, ses passions.

Cela dit, prendre soin de soi, ce n'est pas égoïste. C'est la base pour être en mesure de donner le meilleur de soi aux autres. Se connaître, s'accepter, se chérir, c’est le point de départ pour offrir au monde la meilleure version de soi-même.

Je ne pense pas qu’on puisse réellement s’oublier, mais parfois, on se met de côté, on se perd un peu dans le brouhaha du quotidien. Mais dans chaque moment où l'on se redécouvre, c'est comme si on rallumait une flamme, une lumière intérieure qui brille un peu plus fort. Et c’est merveilleux de se rendre compte qu’on ne s’est jamais complètement effacé, on était simplement en train de se redéfinir.

Retour au blog